Enregistrer

MARSEILLE

 

Travail en cours

Carnets

Il s’agit ici de confronter la pérennité d’une technique ancienne à la modernité du modèle architectural et à son inscription dans la contemporanéité urbaine.
La gravure est produite par le dessin (la pointe sèche traçant des motifs que viendra mordre l’acide) puis par des masques successifs de vernis, appliqués par le pinceau sur la résine fondue (l’aquatinte). La plaque attaquée jusqu’au noir profond est alors enduite d’encre, essuyée et imprimée par le passage sous presse. Le résultat mêle la minutie et le hasard, la précision et l’accident : après 3 jours de travail l’intention initiale tend à se perdre, et c’est le tirage qui fait tout ressurgir brutalement. Une fois le travail achevé, le grain peut être agrandi, l’image retouchée, fractionnée, laissant apparaître des motifs inattendus, les gris des aplats de résine révélant comme l’inconscient d’un espace devenu à la fois mental et concret.

S’il fallait rapprocher la gravure d’une autre technique artistique, je songerais volontiers au daguerréotype et à son temps de pose étiré : la faible sensibilité des plaques exigeait en effet une longue exposition en extérieur, excluant par principe les modèles en mouvement.
Lignes et contours du sujet s’inscrivaient « en profondeur » sur le support, imprimant plis des vêtements et de la peau avec une netteté troublante.
Cette acuité des traits a disparu des clichés instantanés, mis au service de la fugacité. Ma volonté serait de retrouver cette empreinte durable dans la représentation du bâti et du paysage.

Expositions

Centre Pompidou, Paris, le 7 juin 2014

Centre Pompidou, Paris, le 7 juin 2014

3 projecteurs sur film tendu, le carnet original sous écrin

3 projecteurs sur film tendu, le carnet original sous écrin

Plexiglas, bois (c) Sébastien Grisey

Plexiglas, bois
(c) Sébastien Grisey

 

4 projecteurs, le carnet sous original sous écrin

4 projecteurs, le carnet original sous écrin

Moniteur diffusant le film de Stéphane Milon avec un texte de Valérie Mréjen ("Passants") dit par Laurent Lacotte

Moniteur diffusant le film de Stéphane Milon avec un texte de Valérie Mréjen (« Passants ») dit par Laurent Lacotte

Mehdi Zannad FRAC expo Mougins

conference cite de l'architecture aurelien bellanger mehdi zannad

Conférence collective sur invitation de l’écrivain à la Cité de l’Architecture.

Expo Frac Tourrettes sur loup gravuresMehdi Zannad

Exposition de gravures pour « Là où je suis » à Tourettes-sur-Loup.

Marseille-Major-dessin-carnet-work-in-progress-Mehdi-Zannad

Rentrée 2016 : résidence au FRAC Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Le carnet de Marseille prend forme.

Dessin Mehdi Zannad carnet de ville Dessin Mehdi Zannad carnet de ville

LE CARNET DE MONTREUIL EN VENTE EN LIBRAIRIE

La boîte de 41 cartes postales comprenant l’intégralité du carnet monographique original est en vente à Folies d’Encre (9 avenue de la Résistance, Montreuil), à la librairie Le Cabanon (14 rue de Cotte 12e), au Genre Urbain (60 rue de Belleville 20e), à la Galerie du Jour (44 rue Quincampoix 4e), à la librairie Volume (47, rue Notre-Dame de Nazareth 3e) et à la librairie de la Friche de la Belle de Mai (la Salle des Machines 41 rue Jobin, Marseille 3e).

Article de David Liaudet pour Architectures de Cartes Postales.

« Passants » de Valérie Mrejen

Ecrit pour le film Montreuil, Carnet in situ, lu par Laurent Lacotte

Mehdi Zannad, dessin, Architecture, Conférence, Strasbourg

Conférence « Dessiner l’architecture » à l’ENSAS.